Edito du 01/10 : Mois d’octobre, mois de la mission universelle

Posté le

La conclusion de l’Evangile selon saint Matthieu nous interpelle en ce début du mois de la Mission Universelle : Allez, de toutes les nations, faites des disciples (Mt 28, 19). Le Christ nous met tous et chacun devant notre responsabilité : qu’as-tu à partager de ta foi ? qu’as-tu à témoigner ?

Il est parfois plus facile d’envisager la mission en Afrique ou en Asie mais c’est dans notre quartier, dans notre famille, sur notre lieu de travail que la mission commence. Tout baptisé doit évangéliser. La mission n’est pas une option. Elle est constitutive de notre baptême. Il ne s’agit pas d’envisager la mission comme une simple opération de marketing. Il s’agit de témoigner de notre rencontre avec le Seigneur. Dieu n’est pas une idée, c’est Quelqu’un. Parce qu’Il veut pour nous plus et mieux, Dieu nous appelle à vivre autrement, à oser un regard d’amour sur notre monde qui ne va pas très bien. Le christianisme a quelque chose à apporter à toutes les cultures, à toutes les civilisations, à toute personne, à commencer par ceux qui nous sont proches.

Nous n’aurons vraiment pas perdu notre temps si, d’ici la fin du mois d’octobre, nous parvenions à :

  • nous informer sur la vie des jeunes Eglises  
  • prier pour les vocations missionnaires
  • entrer nous-mêmes dans la dynamique missionnaire proposée par notre paroisse 

Un parcours Alpha débute ce lundi. Portons tous les participants dans la prière. Puissent-ils faire la rencontre avec ce Dieu qui les aime.

Tous nous avons à témoigner, avec nos talents propres. Tous nous avons à évangéliser notre quotidien car c’est dans notre quotidien que nous avons à rendre témoignage. Notre entourage perçoit-il que l’Evangile colore nos actions, notre manière d’être ? Si la réponse est floue, interrogeons-nous…

En ce mois d’octobre, redoublons d’effort pour EVANGELISER ceux qui nous sont proches et prions pour ceux qui témoignent, au loin, parfois au prix de leur sang, de ce Dieu qui ne se résigne pas à l’indifférence et à l’ingratitude de beaucoup de ses enfants.

Alors oui, ensemble, osons la mission.

Père Bryan Sultana