Angélus : Dire « non » à la violence et à la haine, et « oui » à la fraternité et à la réconciliation

Posté le mis à jour le

À l’occasion de ce premier angélus de l’année, devant 50 000 fidèles rassemblés Place Saint-Pierre, le Pape est revenu sur la signification de cette fête de Sainte Marie Mère de Dieu, qui symbolise le lien de la Vierge Marie avec toute la grande famille formée par le Peuple de Dieu.

La Mère de Jésus est «associée intimement» à la mission de son Fils, a rappelé le Pape, et comme le raconte l’Évangile de ce jour, elle assume cette responsabilité  avec discrétion, elle «conserve et médite, elle scrute et approfondit». «Silencieuse et attentive, elle cherche à comprendre ce que Dieu lui demande, jour après jour», a rappelé le Saint-Père.

Dans la visite des bergers à la crèche, en les observant rendre gloire à Dieu à la vue de l’Enfant Jésus, elle y discerne «le mouvement de salut qui jaillira de l’œuvre du Christ», et elle s’y adapte, prête à répondre à toute demande du Seigneur, a expliqué le Pape, qui a prononcé cette prière de remerciement :

« Merci, O Sainte Mère du Fils de Dieu, Jésus, Sainte Mère de Dieu !
Merci pour ton humilité qui a attiré le regard de Dieu ;
Merci pour la foi avec laquelle tu as accueilli sa Parole ;
Merci pour le courage avec lequel tu as dit « Me voici » ;
Oubliée de toi-même, fascinée par l’Amour Saint, faite tout en un avec son espérance ;
Merci, O Sainte Mère de Dieu,
Prie pour nous, pèlerins du temps,
Aide-nous à cheminer sur la voie de la paix
Amen. »

Le combat toujours actuel pour la paix

Reprenant la parole après l’Angélus, le Pape a rappelé que «l’année sera bonne sans la mesure où chacun de nous, avec l’aide de Dieu, cherchera à faire le bien, jour après jour. Ainsi se construit la paix, en disant non, avec les faits, à la haine et à la violence, et oui à la fraternité et à la réconciliation».

L’année a toutefois commencé tragiquement à Istanbul, en Turquie, où une quarantaine de personnes ont été tuées lors d’un attentat dans une discothèque où de nombreux Stambouliotes et touristes fêtaient le passage à la nouvelle année. «Malheureusement, la violence a frappé aussi dans cette nuit de vœux et d’espérance. Endolori, j’exprime ma proximité pour le peuple turc, je prie pour les nombreuses victimes et pour les blessés, et pour toute la Nation en deuil, et je demande au Seigneur de soutenir tous les hommes de bonne volonté qui remontent courageusement leurs manches pour affronter la plaie du terrorisme et cette tache de sang qui entoure le monde avec une ombre de peur et de désarroi.»

Le Pape a par ailleurs remercié le président de la République italienne Sergio Mattarella pour ses vœux du Nouvel An, et il a apporté ses remerciements à tous les groupes qui ont organisé des marches ou des rassemblements sur le thème de la paix à l’occasion de cette journée du 1er janvier, notamment la communauté de Sant’Egidio.

«Je souhaite à tous une année de paix dans la grâce du Seigneur, et avec la protection maternelle de Marie, Mère de Dieu», a conclu le Saint-Père.

Tratto dall’archivio della Radio Vaticana